Théâtre Populaire de Lorraine

De 1972 à 1991 : Le Théâtre Populaire de Lorraine

Après un bref passage par l’enseignement (il fut professeur de lettres, d’anglais et… d’enseignement ménager !) Charles Tordjman devient en 1972 l’administrateur du Théâtre Populaire de Lorraine (TPL), compagnie lorraine dirigée par Jacques Kraemer. Dès l’année suivante, il partage avec celui-ci et René Loyon la direction de la compagnie.
Il passe alors progressivement de la dramaturgie à l’écriture, puis à la mise en scène.

Charles Tordjman co-signe plusieurs créations du Théâtre Populaire de Lorraine dont « Le retour du Graully » (1973) et « Histoires de l’oncle Jacob » (1975).

Pour sa première mise en scène, il adapte « La Punaise » de V.Maïakovski (1976).

Il écrit sa première pièce, « C’était », en 1977. Elle sera mise en scène par Jacques Kraemer.
Avec René Loyon, en 1978, il adapte et met en scène « Paludes » d’André Gide, « Léonie est en avance » et « Gibier de potence » de Feydeau en 1979.
La même année, Charles Tordjman met lui-même en scène la deuxième pièce qu’il écrit: « Intimité » au Théâtre de l’Est Parisien (TEP).
Jeanne Champagne met en scène la troisième, « En revoir » programmé à l’Athénée en 1981 .
« En revoir » a fait l’objet d’un film de 52’ réalisé par FR3 .
Il écrit pour Guy Rétoré et le TEP « Le chantier » en 1982.

À partir de 1982, Charles Tordjman assume seul la direction du Théâtre Populaire de Lorraine, et choisit de délaisser l’écriture pour se consacrer à la mise en scène de textes qu’il découvre et qui le marquent, ou qu’il commande directement à des auteurs.

« J’ai toujours eu besoin de me confronter à choses un peu neuves, à des écritures nouvelles, audacieuses. Je sais, bien sûr, qu’on a un devoir vis à vis du patrimoine, je le savais, quand je dirigeais un théâtre : qu’il fallait rendre un hommage aux anciens. Saluer les morts pour honorer les vivants. Je crois qu’il faut des allées et venues entre les vivants, qui te bousculent, et les anciens qui font notre mémoire théâtrale. Et quoi qu’il en soit, celui qui reste au centre de la démarche, c’est le poète. »
Charles Tordjman

Il commande successivement à Tahar Ben Jelloun « La fiancée de l’eau », créé en 1981, à Bernard Noël « La Reconstitution » (1988) et à Serge Valletti « Saint Elvis » (1990). Ces créations du TPL seront reprises en tournée nationale, notamment au Théâtre National de Chaillot et au Théâtre National de Strasbourg.

Il met également en scène « Les nuits et les moments » de Crébillon fils (1985), « La révolte » de Villiers de l’Isle Adam (1985), « Les voies aériennes », spectacle consacré à la poésie américaine (1986), « L’amante anglaise » de Marguerite Duras (1986), « Créanciers » de Strindberg (1987), « Français, encore un effort… si vous voulez être républicains » de Donatien Alphonse François de Sade (1989), « Tonkin-Alger » d’Eugène Durif (1990), et « La nuit des rois » de Shakespeare (1991).
Tous ces spectacles seront joués à Paris et en tournée nationale ou internationale.