Galilée, le mécano de Francesco Niccolini, Marco Paolini et Michela Signori

7 mai 2014
Théâtre de Vidy-Lausanne
MISE EN SCENE : Charles Tordjman

Texte original : Marco Paolini, Francesco Niccolini, Michela Signori

Texte français : Daniela Almansi, Francesco Niccolini

Avec : Marco Paolini

Collaboration artistique : Gabriela Ossola

Scénographie : Vincent Tordjman

Lumières : Christian Pinaud

Musique : Vicnet

Production : Compagnie Fabbrica (France) / Théâtre Vidy-Lausanne (Suisse) / Jolefilm (Italie)

Être génial, dans des circonstances difficiles, cela peut être un problème, surtout pour les autres !
Ce qui relie Marco Paolini à Galilée c’est que tous deux sont des mécaniciens.
L’un bricole les trains et des circuits pour être au ras de la terre, l’autre bricole un télescope pour tutoyer les étoiles. L’un, fils de cheminot, est un acteur ouvrant les trappes du monde, l’autre, fils de musicien est un chercheur remettant le monde à l’endroit.

Comment le théâtre peut-il parler de la science ? Comment faire théâtre du conflit entre la théorie copernicienne et le système aristotélicien ? Qu’a découvert Galilée ? Y a-t-il aujourd’hui nécessité du dialogue avec la science ?

Simple, la démarche de Paolini est chaleureuse, généreuse.
Il faut l’entendre. Il faut entendre Galilée aujourd’hui.
Il faut entendre ces deux mécanos…

Charles Tordjman